Lotissement Ô Gué Gorand

|  Givrand (49)

Aménagement d'un foncier de 4,2 ha au Sud du bourg

Voir les détails du Projet
Le projet
Maîtrise d'ouvrage
Bâti Aménagement
Missions
Mission complète de maîtrise d'œuvre urbaine
Surface totale
42 283 m² de périmètre opérationnel
Montant des travaux
N.C
État d'avancement
Permis d'aménager déposé
Maîtrise d'œuvre
Architecte mandataire
Johanne San
Bureaux d'Études
VRD : Géouest

Démarche environnementale

Inscription du projet dans l’identité paysagère et naturelle du site, maintien et développement des continuités végétales, pénétration du végétal au cœur des îlots.

Le projet de lotissement « Ô Gué Gorand » s’inscrit en extension urbaine du bourg de Givrand, sur d’anciens fonciers agricoles, identifiés en zone 1AU du PLU. L’opération d’aménagement envisage à terme la création d’un petit quartier résidentiel de 84 logements, autour d’une programmation à dominante individuelle, en continuité des tissus existants.

Depuis la rue du Marais, le secteur Est s’ouvre sur une voie partagée accompagnée de larges accotements arborés et paysagers. Cette circulation en double sens réalise un bouclage au sein de l’opération, permettant la desserte de l’ensemble des lots. À l’Ouest, la servitude liée à la canalisation AEP induit une organisation viaire spécifique : un axe principal Est-Ouest assure la liaison entre la rue des Bosses et la rue du Marais et dessert des voies secondaires en impasse.

Le quartier se structure et s’articule autour de larges lanières paysagères, implantées dans la continuité des trames bocagères existantes afin de mettre en relation le parc des Arnaudières et les marais du Jaunay :

• À l’Est, ces corridors écologiques constituent le support du projet d’aménagement, ils fragmentent le périmètre opérationnel en îlots à habiter, orientés Nord-Sud pour bénéficier de belles vues dégagées sur le grand paysage.

• À l’Ouest, l’organisation plus contrainte entraîne des orientations parcellaires Est/Ouest au centre du secteur, mais les fonds de parcelles préservés (zones non aedificandi) et les haies bocagères existantes assurent la pénétration du végétal au cœur des îlots.